Longtemps j’ai cru que pour être aimée, je devais être ce que les autres attendaient de moi, que je devais mériter cet amour. J’avais acquis ces croyances erronées à propos de la vie par une éducation « traditionnelle » très stricte et par l’amour conditionnel dans lequel j’avais été élevée. Devoir combler les attentes des parents, pour les satisfaire… ou être punie. Cette méconnaissance profonde de l’amour m’a fait vivre de nombreuses relations laborieuses et décevantes. Jusqu’au jour où j’ai découvert cette phrase :

L’Amour vient de Soi, telle une source qui jaillit, sans fin, intarissable.

Je suis une fontaine d’où s’écoule naturellement l’amour. Ce flot ne se préoccupe pas de savoir si quelqu’un en bénéficie, car comme la source qui jaillit, il est totalement gratuit et toujours disponible.

Cette simple phrase a été réellement libératrice car j’ai réalisé que mon bonheur ne dépendait pas des autres, mais bel et bien de moi. Que ce n’était pas quelque chose d’extérieur à moi, que tout partait de moi et que cela m’appartenait totalement. Que je pouvais aimer dans la liberté d’être moi-même.

Le véritable amour est libre et rend libre. L’amour ne possède pas et ne peut être possédé. De même que nous ne pouvons perdre l’amour. Comment pourrions-nous le perdre puisque nous sommes notre propre source d’amour ? Cette certitude inébranlable laisse peu de place aux peurs, et libres de la peur de perdre ou de manquer, il nous est possible d’apprécier que les relations se construisent, se déconstruisent et se transforment continuellement au gré de notre chemin.
Le besoin d’aimer et d’être aimé fait place à « je suis Amour ». Comme un soleil qui réchauffe et éclaire tout ce qui est touché par ses rayons, chaque rencontre devient alors l’occasion de répandre des graines d’amour.

Apprendre à aimer est un chemin laborieux, mais tellement gratifiant. Puissiez-vous découvrir la joie d’aimer intensément et inconditionnellement.

Noëlle

clip_image001

Aidez vos proches en leur partageant cet article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •